Pourquoi on est plus rationnel dans une langue étrangère

05/01/2015 – Pourquoi est-on plus rationnel dans une langue étrangère

Atlantico – article publié le 30/12/2014

 

Parler dans une langue étrangère modifierait notre attitude face à un choix, le rendant plus rationnel

 

Un professeur du département de psychologie à l’université de Princeton a récemment prouvé que parler dans une langue étrangère modifiait l’attitude de l’individu face à un choix, le rendant plus rationnel. Un phénomène qui s’explique par le déchiffrement inconscient du code que nous exprimons, et qui crée un détachement émotionnel vis-à-vis du contenu.

Atlantico : Selon Boaz Keysar, professeur en psychologie à l’université de Princeton, le fait de s’exprimer dans une langue étrangère permettrait de rationaliser sa manière de penser. Comment l’expliquer ?

Thomas Godard : Dans son étude Keysar demande aux participants de choisir un certain nombre de fois entre deux options: jouer à pile ou face pour gagner 2,50 dollars ou bien empocher directement 1 dollar sans même avoir à jouer. Si l’on s’en réfère à la probabilité mathématique, le choix le plus pertinent économiquement, et donc le plus « rationnnel », est de jouer à pile ou face à chaque coup. Or Keysar a constaté que lorsque l’on explique le jeu aux participants dans leur langue maternelle, ils choisissent de jouer à pile ou face dans 50% des cas, alors que quand la question leur est posée dans une langue étrangère, ce taux monte à 70%. Keysar en conclut que l’on a tendance à être plus rationnel en langue étrangère.

Cette expérience s’inscrit en fait dans un débat plus large sur notre sens de la moralité en langues maternelle et étrangère. D’autres études ont été menées dans lesquels les participants sont confrontés à un choix cornélien (sacrifier un homme pour en sauver cinq autres), qui ont montré que l’on est plus  prompt à briser un tabou (sacrifier un homme) et agir de façon rationnelle (dans une perspective utilitaire) lorsque la situation nous est présentée dans une langue étrangère.

Si l’on suit les conclusions de Keysar, on pourrait en déduire qu’il serait préférable de s’appuyer sur des locuteurs non-natifs pour un certain nombre de décisions importantes. Il avance par exemple l’hypothèse de confier à des immigrants le rôle de jurés dans les décisions de justice.

Cela pourrait-il s’expliquer également par le fait  que les fonctions cognitives sont plus orientées vers l’applications de règles logiques en langue étrangère, alors que la langue maternelle découle d’une certaine spontanéité…