Réussir n’est pas une question de hasard

10/04/2014 – Jeunes diplômés: «Le job dure deux ans»

 lefigaro.fr, par Aliénor Carrière le 02/04/2014

Jeunes diplômés: «Le job dure deux ans»

 

Une étude publiée par le réseau social professionnel LinkedIn, interroge un millier de jeunes diplômés en poste depuis moins de trois ans. Certes épanouis, ils sont exigeants et… lucides.

Les jeunes entre 20 et 28 ans, interrogés dans une étude du réseau professionnel LinkedIn pour le groupe CSA, semblent épanouis dans leur environnement de travail, trois ans après être entré dans la vie professionnelle.

Chose étonnante: 25% des jeunes estiment que ce qu’ils ont appris à l’école ne leur est pas utile dans leur travail mais ils sont plus de 40% à valoriser la ténacité et la confiance en soi pour s’en sortir sur le marché du travail. Le facteur chance ne convainc que 25% des jeunes qui pensent que réussir n’est pas une question de hasard.

Pour ces jeunes – minimum Bac +2 – , l’ambiance semble au beau fixe: 85% d’entre eux se disent satisfaits de leur travail actuel (dont 27% «très satisfaits») notamment grâce à une bonne ambiance entre collègues (84% de satisfaits), l’intérêt des missions (81%) et une charge de travail adéquate (72%). Ils sont même 86% à se dire motivés (dont 32% «très motivés») par leur travail.

Exigeants et motivés

Si les conditions d’emploi lors du premier job ne se dégradent pas, les salaires connaissent la même progression qu’avant la crise de 2009. Les jeunes sont pourtant assez exigeants: 59% disent refuser un travail si le salaire est inférieur à ce qu’ils souhaitent. Et ils sont 47% à refuser un contrat autre qu’un CDI.

Pour trouver un poste plus intéressant que le leur, 73% des 20 – 28 ans se disent prêts à refaire des études et 60% sont partants pour changer de région. Ils se disent flexibles à 54% et ne pas s’imaginer rester à leur poste au-delà de deux ans.

Beaucoup valorisent la formation en alternance et les stages: pour 28% d‘entre eux, une bonne formation universitaire est celle qui permet avant tout d’avoir «une proximité avec le monde de l’entreprise».

Des jeunes connectés

Trouver son job sur Twitter? Et pourquoi pas! 8% ont déjà trouvé leur travail via les réseaux sociaux dont 73% via des réseaux professionnels. Et même pour les 30% qui empruntent des chemins plus classiques, en répondant à des offres d’emploi habituelles, être inscrit sur un réseau social professionnel permet de construire son propre «network». Cela permet de se faire connaître par des professionnels du secteur (76%), d’informer leur réseau de leur actualité professionnelle (74%) et de rester en contact avec leurs amis et connaissances (71%).