Bac 2014: réviser la philo grâce au rap

10/06/2014 – Bac 2014: réviser la philo grâce au rap lefigaro.fr, par Aliénor Carrière Publié le 06/06/2014

 

Auteur du livre Rap’n Philo, le professeur de philosophie Francis Métivier a choisi l’angle pédagogique de la musique pour convaincre les jeunes de s’intéresser aux thèmes philosophiques.

A l’approche du Bac de philo, le 16 juin prochain, tous les moyens sont bons pour intéresser les jeunes aux concepts philosophiques. En liant les textes de Booba aux propos d’Heidegger, en comparant Sexion d’Assaut et Bergson, le professeur Francis Métivier souhaite «intéresser les jeunes à la philosophie, en leur montrant une porte d’entrée qui passe par le rock ou le rap». En effet, cet auteur avait déjà publié Rock’n Philo en 2011 (Le Passeur – collection Open Philo), parvenant ainsi à conjuguer ses deux passions. A l’origine, ce professeur du lycée Duplessis-Mornay de Saumur a longtemps hésité entre une carrière de rockeur et un parcours universitaire classique en philosophie. Choisissant d’enseigner cette matière, il ne renonce pas pour autant à la musique et fusionne ces atouts lors de «philo-concerts».

Se servir d’un Booba matérialiste pour l’opposer à Epictète, le stoïcien

C’est à l’occasion de ces concerts que germe l’idée d’écrire un livre à propos des paroles philosophiques de certains rappeurs. «Le rap est un art, c’est mon postulat de départ. Toutes les formes de rap sont valables. Pourtant les rappeurs ne font pas de la philosophie, mais ils ont des préoccupations en commun avec les philosophes» souligne Francis Métivier. Mais pourquoi avoir choisi le rap? «Il s’agit de prendre un art auquel beaucoup de jeunes s’intéressent, et de remarquer que les questionnements des auteurs de rap français sont semblables aux idées de grands philosophes grecs: ils parlent souvent du temps qui passe, de la liberté, de l’histoire, du langage, du rapport à la richesse matérielle…». «Ma culture de départ, c’est le rock. J’ai découvert le rap avec Eminem et MC Solaar avant de n’écouter que des groupes français comme IAM ou Sexion d’Assaut pendant six mois non-stop» raconte Francis Métivier. «J’ai sélectionné des morceaux intéressants, que j’explique dans mon livre et parfois durant mes cours. Cependant je n’analyse pas les paroles de Booba tous les jours, c’est certes utile pour intéresser un public jeune, mais il est indispensable de rester proche des auteurs classiques» insiste consciencieusement le professeur. Pour expliquer Epictète, le stoïcien qui refuse l’attachement aux choses matérielles de la vie, Francis Métivier cite un contrexemple illustré par Booba et sa chanson «Caramel» où il «prône l’affirmation du moi par la possession de biens». Non content d’avoir vulgarisé les notions complexes de la philosophie par le rock, puis le rap, Francis Métivier s’est aussi lancé dans une série vidéo avec l’école numérique 42 de Xavier Niel pour expliquer la philo avec des films comme Hunger Games, La Reine des Neiges et même Intouchables.

Conseils aux bacheliers en herbe

Pour qu’ils ne se sentent pas démunis devant leur copie le 16 juin prochain, Francis Métivier adresse plusieurs conseils aux futurs bacheliers: «D’abord entraînez-vous à plusieurs à réfléchir à des sujets philosophiques, le but étant de dégager une problématique précise et pouvoir réagir à toute sorte de sujets inédits. Quand on regarde les sujets tombés à Pondichéry cette année, on trouve toujours un thème bateau (La justice n’est-elle que pure convention?) et un thème original (La solitude est-elle sans valeur?) et si vous vous entraînez avant, il vous sera plus facile de réagir le jour J». Second conseil important: «Révisez bien vos définitions, et les connaissances vues en cours pour poser votre réflexion sur des concepts concrets» assène le professeur. Et pour ceux qui ne s’en sortent pas en philo, Francis Métivier a un dernier conseil: «Lâchez vous! Ne vous rattachez pas systématiquement à des auteurs mais pensez par vous-même!». Un dernier conseil toujours utile.